L’esprit clauzade


« Je ne suis rien, je ne serai jamais rien, je ne puis vouloir n’être rien, à part ça je porte en moi tous les rêves du monde » Fernando Pessoa

 

« Il y a une jouissance du travail quand on se déconnecte du temps. Je peux passer quatre heures sur un tableau et avoir l’impression d’y être entré depuis seulement cinq minutes. Le temps est faussé. Il n’existe plus. Je suis dans un état presque second où je n’ai pas conscience de ce que je fais ».
« Les soirs de vernissage, les spectateurs me racontent ce qu’ils voient dans mes toiles. Chacun y va de son petit voyage. Ils voient dans mes tableaux des scènes qui se rapportent à leurs souvenirs immédiats, des choses qu’ils ont déjà vécues. Ce que je peins est dans la mémoire collective »

sidebar-esprit-clauzade